L’OFFICIEL VOYAGE – LADY OF THE HOUSE

NOM: Marie Louise Sciò
OCCUPATION: directrice artistique de l’hôtel Il Pellicano
LOCALISATION: Porto Ercole, sur la côte toscane. À deux heures de Rome

Une vue à couper le souffle, une plage rocheuse èvoquant la dolce vita, des jardins qui embaument… Le cadre de Il Pellicano est tout simplement enchanteur. Marie Louise Sciò, directrice artistique de ce havre de paix depuis cinq ans, reconnaît. Non sans humour, “sa chance d’avoir pareil bureau“.

Cette cosmopolite, née à Londres d’un père italien et d’une mère américaine, a grandi entre la Suisse, l’Italie et les États-Unis. Et c’est à Rome qu’elle a choisi de s’installer avec son fils Umberto, âgé de 9 ans. Diplômée de l’universitè de Rhode Island (USA) en architecture, Marie Louise est à la fois architecte d’intérieur à son compte et directrice artistique de l’hôtel.

Il Pellicano. À l’origine, le lieu de vacances de son enfance et l’hôtel de son pére, Roberto Sciò. De la décoration des chambres au choix du paier toilette, de la rénovation du spa aux achats pointus et élégants de la boutique, la “Marie Louise touch” est visible jusque dans les moindres recoins de l’hôtel. “On m’appelle madame Détails.” Ses mots d’ordre? Respect et tradition. Et Marie Louise n’a de cesse de faire valoir le patrimoine de l’ètablissement: “J’ai de bons citrons, il me reste à en faire de la limonade“. Fondè en 1965, ce palace italien a des allures de pension de famille. Abritant depuis toujours des clients de renom – Charlie Chaplin, Henry Fonda, les familles royales d’Europe, pour n’en citer que quelques-uns -, l’esprit de l’hôtel n’a jamais changé: chic mais décontracté, luxueux mais pas clinquant.
L’obsession de Marie Louise? Humeniser le lieu: “Il y a tellement d’endroits sublimes dans le monde mais dépourvus d’identité.” Avec 120 employés pour 50 chambres, le service est aussi aimable qu’irreprochable. Pas étonnant que plus de 30% de la clientéle soient des habitués – certains viennent depuis l’ouverture!

SA PLUS BELLE REALISATION? Les chaises longues autour de la piscine qu’elle a imaginées et conçues et qui lui ont valu un prix.

SON SPOT PRÉFÉRÉ DANS L’HÔTEL? Autour de la piscine pour l’incroyable vue sur le mont Argentario.

LE PLUS DE L’HÔTEL SELON ELLE? La deuxième étoile Michelin obtenue par le restaurant en 2010.

LE PROJET QUI LUI TIENT LE PLUS À COEUR? La publication, en avril 2011, d’un livre de photographies. Une trilogie sur les trois époques de Il Pellicano à travers le regard de trois photographes: John Swope pour les années 60, Slim Aarons pour les années 70 à 90 et Juergen Teller que Marie Louise a contactè pour covrir les annèes 2000 (éditions Rizzoli).

Download this article

Tags: , , , , ,

Sorry, comments for this entry are closed at this time.